Starfish - Peter Watts

13 July 2014

Starfish est le premier roman de la trilogie des rifteurs. Il nous propose de suivre dans les fonds abyssaux le destin de plusieurs personnages … disons psychologiquement fragiles. On s’intéressa plus particulièrement à Lenie Clarke, personnage principal et désigné de par son ancienneté comme la chef d’équipe de cette petite bande et à Gerry Fisher, un rifteur ayant connu quelques problèmes avec son rapport avec les autres humains et notamment les enfants. On vivra avec eux leurs sorties hors de la station BeeBe et on découvrira ce monde d’obscurité et de noirceur qui les entoure. Très vite, ils s’adapteront aux grands fonds marins plus qu’ils ne se l’ont jamais été en surface.

poche broché

Starfish est roman étonnant. Je le classe personnellement dans la catégorie hard-sf tellement le travail de fond est riche et sonne juste. Je ne suis pas un expert en biologie des fonds marins, mais l’auteur fourni pas mal de références et semble avoir bossé à haut niveau sur le sujet. On se sent vraiment dans les fonds marins avec la pression, le manque de luminosité, les poissons des grands fonds… J’ai trouvé l’ambiance exceptionnelle avec cette station des grands fonds, ces quasi-timbrés qui y habitent, plus quelques personnages comme Scanlon assez sympa. On a envie de tout savoir.

Les combinaisons ont des “réflexes”, elles ajustent leur perméabilité et leur conductivité thermique à la température corporelle. Elles maintiennent, comment cela s’appelle-t-il… l’homéostasie.

D’un autre côté, Starfish m’a un peu laissé sur ma faim sur un point. Tout est tellement parfait dans ce huis clos. Oppressant de part son emplacement ancrée dans un fond abyssal, paysage attirant et repoussant au possible. Les personnages peuvent tous péter un câble facilement et devenir de vrais psychopathes… Mais, car il y a un mais pour moi, j’ai trouvé que ça manquait un peu de burne, ça manque de mort, on a envie de voir la situation se dégrader. J’ai envie d’avoir un vrai thriller. L’horrifique est là, mais pas l’horreur.

jv

À la fin de lecture, j’étais vraiment déçu, mais avec une petite semaine de recul et un petit coup de frais dans la tête, je suis bien moins négatif sur le roman. Malgré la très grande ressemblance que j’ai pu lui trouver avec le Volcryn de George R.R. Martin, Starfish est un roman de hard-sf. Il peut difficilement rentrer dans la case des romans divertissants. C’est engagé, engageant mais tout n’est pas offert au lecteur et en l’occurrence pour moi c’est un peu comme un ballon qu’on gonfle, qu’on gonfle et qui devient tellement gros que le seul truc qu’on attend est l’explosion… et malheureusement, je l’attends encore. Peut-être dans les prochains tomes…

jv

Petit conseil à la limite du ps : Les amateurs de fonds marin devrait tenter le jeu vidéo Aquaria. Source pour les images : Wikipédia et http://nature.ca.